Bienvenue au Manoir

Un lieu unique

De ce logis construit en 1576, à la Renaissance, il ne reste plus que quelques éléments, cette demeure ayant subi jusqu’au 19ème siècle de nombreuses transformations. Acquise par le grand-père de René-Antoine Ferchault au 17è, elle demeure la propriété familiale jusqu’à la mort du savant en 1757.

René-Antoine Ferchault, seigneur de Réaumur, continua à fréquenter (fréquente) cette propriété tout au long de sa vie. Chaque année, alors qu’il était (est) à la tête de l’Académie des Sciences de Paris, il venait (vient) y passer trois mois. Environnement propice à de nombreuses observations, il y fera (fait) des découvertes que l’on retrouve dans ses mémoires archivés aujourd’hui à l’académie. Il y rencontrera (rencontre) de nombreux collaborateurs régionaux. A sa mort, sans descendance, il lègue ce domaine à sa collaboratrice, Hélène de Marcilly, mais cette dernière ne reviendra plus à Réaumur. Une autre famille du village deviendra propriétaire de cette demeure.

En 1990, la commune de Réaumur acquiert cette propriété jusqu’alors privée. Le manoir ouvre au public en mai 2002. En 2005, c’est la communauté de communes du Pays de Pouzauges qui reprend la gestion du lieu. Elle entame en 2015 d’importants travaux de réaménagement intérieur et extérieur. La demeure, entre cour et jardins, retrouve aujourd’hui son entrée initiale.

“ C’est dans les livres de la nature qu’on doit lire, quand on veut travailler sur l’histoire naturelle et on ne peut pas lire quand on veut : il faut des lieux, des saisons et des circonstances favorables pour faire les observations nécessaires. ”

Réaumur - 1738

Réaumur

Qui est Réaumur ?

René-Antoine Ferchault de Réaumur (1683– 1757) est un physicien naturaliste du 18ème siècle. A une époque où la science et les techniques progressent formidablement, il se passionne pour de nombreux sujets : botanique, zoologie, entomologie, chimie, microbiologie, génétique, métallurgie, technologie et mécanique, taxidermie, géologie, minéralogie…

Connu surtout pour avoir réalisé le premier thermomètre à données comparables, on lui attribue d’autres découvertes majeures : la découverte de la métallographie, l’invention de l’acier industriel, les fours à couver pour poussins ainsi que les premières ruches vitrées.

Fondateur de l’entomologie, il découvre, à une époque où l’on ne parle pas encore de biodiversité, l’importance de la cohabitation entre diverses espèces.

Toute sa vie, ce curieux infatigable se passionne et partage au sein d’un réseau de correspondants de nombreuses études et découvertes.

Bio Express

  • 1683

    Nait le 28 février à la Rochelle

  • 1703

    S’installe à Paris après des études de droit à Poitiers et à Bourges

  • 1708

    Admis à l’Académie Royale des Sciences en 1708

  • 1714

    Devient directeur à 31 ans

  • 1722

    Publie un article sur « l’art de convertir le fer forgé en acier ». Ses découvertes permettent le développement des manufactures en France

  • 1731

    Perfectionne le thermomètre. Le sien (à alcool ) porte son nom

  • 1734 à 1742

    Publie ses « Mémoires pour servir à l’histoire des insectes »

  • 1757

    Meurt le 17 octobre à St Julien du Terroux en Mayenne, à l’âge de 74 ans

CONTACT

ADRESSE

8 rue Ferchault,
85700 RÉAUMUR

TÉLÉPHONE

02 51 57 99 46

ÉCRIVEZ-NOUS